Ballon de Paris

La couleur

Pourquoi le ballon change-t-il de couleur ?

En partenariat avec AIRPARIF®, le ballon indique toutes les heures deux indices sur la qualité de l’air de Paris :
 
  • la qualité de l’air ambiant donnée par les 6 “stations urbaines” d’ AIRPARIF® à Paris - grâce à trois projecteurs installés à l’équateur de l’enveloppe,
  • la qualité de l’air près du trafic donnée par les 5 “stations trafic” d’ AIRPARIF® à Paris - grâce au faisceau laser d’une grande puissance qui balaye le tropique sud de l’enveloppe.
     

Les indices illustrent de manière simple et facilement compréhensible la quantité de trois polluants les plus problématiques pour la qualité de l’air dans les grandes villes européennes, le dioxyde d’azote, l’ozone et les particules, selon la palette de couleurs de l’indice Citeair *
 
 
 

Sur l'enveloppe bleue ciel, s'affichent deux séries de pictogrammes : des véhicules clignotants d'une part, et les principaux monuments de Paris d'autres part.

Visibles de jours comme de nuit, véhicules et monuments sont éclairés par 6400 ampoules LED et indiquent, grâce à leur couleur, le niveau de pollution, respectivement à hauteur du trafic et dans l'air ambiant selon l'indice européen CITEAR fourni en temps réel AIRPARIF.

Ainsi, lorsque la silhouette de la Tour Eiffel, passera du vert au jaune, cela indiquera que la qualité de l'air ambiant est passée de bonne à médiocre.

 
                                                                                                     
                                                                                                        Illustration : Jean Baptiste Epron.

 
Grâce à son intensité lumineuse, alimentée en énergie "propre" grâce à un textile photovoltaïque fixé sur l'enveloppe du ballon, le ballon est visible par 400000 parisiens chaque jour.

 
 
*Trois années de travaux en partenariat avec une trentaine de villes et d’experts européens ont été nécessaires à l’élaboration de cet indicateur et à  sa mise à disposition du public (www.airqualitynow.eu) dans le cadre du projet CITEAIR (common information to European air).
Cet indice complète l’information apportée par l’indice français ATMO.